Jetée

Jette l’amertume de tes cheveux crades
la joute qui alimente la femme à crack
pour tenir à ses sangles
sans glisser sous ses membres
vissoir à cordes chaudes
vie soir à antre côtes

Jette ennemi de tes six ironies
ajoute ainsi dans ton âme anémie
sises d’effroi
je frôle

Jeté mordu, comme un chien qui rode
jeté manipulé par ses os racrapote

Jeté mais
jeté encore.

à Nehpapù voir Télédhir

“Je t’amène à Nehpapù
Ce n’est pas un endroit à proprement parler
c’est un instant de mon esprit.
Nous irons voir Télédhir
qui se meurt dans son désir d’expression
Il tend vers l’expression
mais ne l’atteint jamais.
Si nous autres l’atteignons,
alors il s’abîmera. complètement.
C’est pour cela qu’il faut que tu fasses bien attention
Je ne voudrais pas te perdre
au bord du précipice.”

bien cachet

_Un esquif.
_Eau, cachet tout sec : on a dans la gorge?
_Un esquif. Nous l’allons montrer tout à l’heure

C’était un mouchoir bourgeois. Un mouchoir désuet. Il gisait ramolli dans la poche retroussée de la plus jeune des femmes dépliées. Il va de soi que le contraste, entre la maturité dangereuse du tissu replet, et la non moins dangereuse fraîcheur humide de sa propriétaire, ne l’en faisait ressortir que plus rhumatisant.
L’adolescence à peine morte de celle-là s’éternisait au bout de ses cheveux, dont le blond furieusement vénitien passait à un or paillard dans leur partie basse, comme autant de reliques juvéniles, éculées sous plusieurs été chancelants.

Read More »