les coups de midi

Trottoir à tournette

Sortoir à sonrettes

Cri noir à cornette

il m’assassine !

Taisez-vous troubadour, qui jouxtant mes oreilles

serrez le malheur de mes anxiétés

vous étripaillant aux seuls jours de mes veilles

avec des sons de métaux mortifiés

Les oiseaux me suffisent ! taisez-vous mes gaillards

j’écoute le chaland s’égarer dans les rues

sous mes fenêtres, les cris des enfants, même tard

mais plus jamais cette aigreur aux aigus.