brun-e

smoke on the water
Derrière ta bouche crue
on déborde les rives
un vent chavire les nues
Les accords de tes cils
mineurent.
Une octave en dessous
tu ris
Mille octaves au dessus
ça pleure
Un fat te tombe sur le nez
et ricoche à la clé
Cogne,
ça toc.
Rien n'est joué
c'est la pluie-lude
Revenant de très loin
tes bémols
à mi-chemin
depuis très loin
courent
les uns contre les autres
coulent
les mi dessous les fa
tapinent
les "hue" derrière les "ha" de ton masque saoulé
quelque chose a dérouillé
Ouvre,
on ploc.
Arpège m'en irai, âpre 
et toux. tu te tais 
toujours. Ton rire 
exact
frappe l'orage en arrière-
gorge. Ton rythme 
exarque
frippe l'écume 
aérienne et j'
entends le chant
le chantastique
La voix résille
le son des criques
qui fouille la terre 
qui fout la trique
remue les tripes
et ton briquet
qui met le feu à la mer
J'entends la brune et son crachin.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s