bleus

je me suis fait deux bleus
deux points percés de noir
cernés d’une vase urée
qui laisse voir deux dents

les sons des céphalées
sous ton mince entonnoir
d’une foule rassurée
dévoisent les murmures

vaguement je ressasse
en mépris le ressac
bouchon de basse usée
qui flotte là dedans

le sel d’ivoire saoulé
et je voudrais t’y voir
s’écroule en mouches cousues
grésillant thon strident

de tes leçons pitié
cagoule en poils blonds
bel et vieil azuré
retourne le trident

tu m’aiguilles, je piétine.
Je bousille, je foule
anguilles raves en fut
de cardinaux sultans

je grave mes escarres
deux mollards de cobalt
calots pairs en orbite
sucée d’un os à moelle

Je me suis fait deux bleus
deux folles idées noires
faux col aux fesses bées
les joues d’un con riant

il me faudrait deux cœurs
pour couler raisonnable
un trou par vésicule
crois-moi, c’est dérisoire

les queues sont alanguies
il faudrait que l’on sache
comment sans faire de bruit
on marche
à contre temps

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s