Jetée

Jette l’amertume de tes cheveux crades
la joute qui alimente la femme à crack
pour tenir à ses sangles
sans glisser sous ses membres
vissoir à cordes chaudes
vie soir à antre côtes

Jette ennemi de tes six ironies
ajoute ainsi dans ton âme anémie
sises d’effroi
je frôle

Jeté mordu, comme un chien qui rode
jeté manipulé par ses os racrapote

Jeté mais
jeté encore.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s