bien cachet

_Un esquif.
_Eau, cachet tout sec : on a dans la gorge?
_Un esquif. Nous l’allons montrer tout à l’heure

C’était un mouchoir bourgeois. Un mouchoir désuet. Il gisait ramolli dans la poche retroussée de la plus jeune des femmes dépliées. Il va de soi que le contraste, entre la maturité dangereuse du tissu replet, et la non moins dangereuse fraîcheur humide de sa propriétaire, ne l’en faisait ressortir que plus rhumatisant.
L’adolescence à peine morte de celle-là s’éternisait au bout de ses cheveux, dont le blond furieusement vénitien passait à un or paillard dans leur partie basse, comme autant de reliques juvéniles, éculées sous plusieurs été chancelants.

S’apprêtant à vieillir à son tour, la femme se détroussa d’un gros briquet métallique qui suffisait à lui emplir toute la poigne, afin d’allumer la cigarette qu’elle avait déjà, fort hardiment et non sans une souple malignité, glissée entre ses lèvres_ elle fumait depuis ses douze ans_
C’est ainsi que le gras, bouchonné, caduc, poussif, car hanté de poussière et de vieux parfums, se trouva soudain éjecté _après des années de torpeur à en voir glisser et disparaître d’autres que lui, sans éprouver la moindre compassion, plus sûrement apparentée, en pareil cas, à quelque calcul appréhensif et égoïste qu’à une hypothétique communion sensuelle_ de la fouille étroite de la jeune femme, qui en avait certainement déjà perdu des dizaines de formes et d’aspects divers, quoique fort communs. Le mouchoir, sans panache, décrivit une demi-parabole qui se conclut en un “ploc” terrestre et graveleux, et qu’une oreille plaquée contre le trottoir eût pu entendre, peut-être, pour peu qu’il y eût quelqu’un au bout.
Or ce jour, précisément, les rats graissaient leur matinée dans des profondeurs plus sombres et plus mouillées; et le caniveau, sec, n’ayant pas de perception, il s’en suit que le ploc n’a pas été donné au monde comme représentation.
Du ploc, donc, néant.

La femme toussa à deux reprises, crachota dans sa gorge. prononça un mot inaudible, peut-être un juron ou un éternuement; et fit s’envoyer en l’air, les premières cendres de sa clope, lesquelles, dans un mouvement parabolique analogue au précédent, donnèrent un écho léger aux consumations existentielles des lampadaires, jeu ralenti des lumières qui s’éteignent quand le jour se lève.

l’homme, car il y avait là un homme, et un banc, assez bien agencés l’un sur l’autre, mais sans position fixe, l’homme donc, brun à l’endroit de ses cheveux et chauve à l’endroit de leur absence, quitta son sommier d’ombres et de lattes pour se précipiter vers le corps laiteux. il s’enquit de le ramasser prestement et le jeta dans la corbeille publique _ce charismatique squelette métallique à nu dépourvu de sac, dans toute la force de la symbolique minimaliste désirée par la mairie cette année-là.

Sans même achever préalablement cet œuf déliquescent, l’homme le lâcha parmi les détritus, lesquels, au delà d’une hygiène déplorable, présentaient des façons malpropres et proféraient tout le jour des obscénités ordurières.
Puis il se rassit sur son scandale, en louant par deux fois le seigneur de l’avoir jadis racheté de ses péchés quand lui même…
Mais c’est là une autre histoire, qui, toute intéressante qu’elle fût, n’a strictement rien en rapport avec la nôtre, du moins synthétiquement a priori.
Le malheureux mouchoir, donc, cadavre inaccompli, gisant d’infortune, vieillerie précoce, obsolescence en avance sur son temps, en vint à oublier qu’il était lavable à la main.
Pour la première fois de sa vie, fût-ce à son crépuscule, il se trouvait jeté mais, jeté, mourrait encore, jeté, mourrait toujours.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s