blancs

Les cris des oiseaux sont désordonnés.

Sur son bureau, des feuilles

Elles happent le soleil qui ne nous atteint pas.

Cachés

derrière de grandes vitres

cachés dans un grand vide.

Je ne peux pas fermer les yeux

parce qu’alors on me verrait.

Il y a beaucoup de chaises dans ce désert

mais ce sont des chaises vides

il sourit

il est moins loin

j’ai mis du temps à le trouver

dans ce désert

les vitres nous cachaient mal.

J’ai mis du temps

c’est son sourire que je voyais déjà

derrière le vide

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s